Josephine II 23X21 © Matthias Olmeta

Matthias Olmeta

>> En savoir plus sur l’exposition Collection

>> Site Internet de l’artiste

« ….Quelquefois, il faut bien l’avouer, devant la beauté intrinsèque et trouble de ces images, on se trouve embarrassé. Dans ces conditions, on le conçoit, il n’est pas aisé de pratiquer un diagnostic élaboré, impassible et neutre sur ce qui relève de l’hallucinatoire, du mystique, du désir et de la répulsion. On ne nous demande pas de voir ces images, il nous faut les absorber (…)La photographie comme expérience chamanique procure, d’évidence, au photographe  un sentiment de bonheur qui justifie, lui semble-t-il, sa conduite. Ainsi se constitue une sorte d’histoire qui dépasse son auteur, où l’important n’est que l’immersion des objets et des figures dans un réceptacle aux vertus démesurées.

Tout ici procure une impression de vigueur, de jeunesse et d’assurance. L’immobilité des visages, la plénitude des choses, leur place définitive créent un lieu, supposent une conscience entre eux qui exclut le doute. (…) L’entrevue à laquelle nous sommes conviés doit s’imaginer comme un échange mystique, une déclaration de silence. Nous devons les accepter sans nom, sans biographies, sans initiales. (…) Voilà cet espace délimité par sa vie et ses actes, où sur des formats géant, ou des plaques de verre, se constitue une alternative sans autre finalité que d’affirmer la prépondérance du photographe sur ce monde. A tous égards, cette photographie est un événement peu banal, original et fondateur. »

François Cheval, Conservateur en chef du musée Niécephore Niépce, France.